Connect with us
Aminata Bocoum

Acteurs Culturels

Aminata Bocoum

Attablé dans l’une de ces bonnes tables d’Abidjan la perle des lagunes, je découvrais ce jour de l’année 2017 par hasard au travers d’un article paru dans un magazine international une jeune dame qui ne laissait personne de marbre. Cette dame avait quelque chose. Ce « truc » que n’a pas tout le monde. C’est sans aucun doute la raison évidente pour laquelle elle brillait. Elle s’appelle Aminata Bocoum, ou encore connue sous le nom d’Ami Bocoum.

Ivoirienne de cœur et malienne de naissance, nous l’avions perdu de vue en 2018, mais voilà qu’elle réapparaît et de la plus belle des manières.
Son actualité annonce déjà les couleurs du Festival du Dibi, le plus grand Festival culinaire du Mali qui affichait déjà des chiffres stratosphériques lors de la dernière édition : plus de 17 000 festivaliers !
Mais qui est Aminata BOCOUM ?

Entrepreneure à succès, ses états de service reflétaient un idéal de vie. Une vie sans opposition. Mais c’était avant que je me rende compte de l’intégralité de la réalité de la dame en or.

Avec un CV aussi long que le bras couronné par les diplômes les plus prestigieux obtenus avec mention, adoubée par les plus grosses entreprises installées au Mali (son pays) et même en dehors des frontières maliennes, Ami Bocoum percera très tôt dans le milieu professionnel. Elle fera son trou. Elle gravira les échelons à la sueur de ses compétences qui ne souffrent d’aucune contestation.

aminata bocoumAmi Bocoum incarne à souhait ce qui se fait de mieux dans le beau monde de la communication. Le nec plus ultra. Et c’est à juste titre qu’elle sera nommée directrice générale de Havas Mali. Ce qui fera d’elle la plus jeune patronne de l’histoire d’une filiale française et aussi du géant français de la communication de BOLLORÉ.

En outre, en un claquement de doigts, Ami Bocoum plaquera tout. Elle dit adieu à une vie de manager remplie d’émoluments de toute sorte, pleine d’avantages et un salaire royal qui ne se refusent pas.

Elle s’installe à son propre compte, créé InfluYence, la structure-mère de son rêve d’entrepreneure qu’elle est en train de construire, et s’impose comme une référence de l’événementiel et de la Communication.
Aminata Bocoum prend des galons à force de travail. Elle pilote plusieurs événements majeurs. Aussi, appelez-la avec un nom bien spécial. Un nom qui en dit long sur son audace et sa capacité à créer, innover et relever de grands défis : la reine des festivals. Oui, Ami Bocoum a à son actif plusieurs festivals à succès tels que le festival du bazin( ce qui lui aura valu un clin d’œil de L’UNESCO qui lui a proposé d’organiser son événement a son siège de Paris, afin que la teinture artisanale soit classé comme patrimoine immatériel de L’UNESCO), le festival du Dibi, etc. Ami Bocoum est créatrice et innovatrice dans l’âme.

Aminata Bocoum avec compagnie de M. Mamadou Sinsin Coulibaly, Président du Patronnat Malien

Aminata Bocoum avec M. Mamadou Sinsin Coulibaly, Président du Patronnât Malien

À son jeune âge, elle est dorénavant une référence au Mali et tisse aussi sa toile en Afrique de l’Ouest. Très engagée dans la vie socio-économique de son pays, elle prend la tête de l’association des jeunes femmes entrepreneures du Mali (Entrepren’ELLES avec Mamadou Sinsin COULIBALY, Président du Patronnât Malien).
En 2016, Ami Bocoum est classée parmi les cinquante (50) jeunes qui font bouger le Mali(référence: Journal du Mali). Elle est d’ailleurs la plus jeune sur la liste, et inspire le respect dans sa forme la plus achevée.
Au niveau Technologie, elle est encore présente et fait l’actualité « Ils ont été les artisans de la Malitech en 2016 » paru en 2016!

Que de chemin pour cette brave dame! Que de reconnaissance et déloge sur Facebook : Mali mussow, la splendeur de la beauté malienne, FAM d’ambition…pour ne citer que ceux ci! Par contre elle choisi toujours l’humilité…peut ou pas de personne arriverons à mettre un visage sur nom!

Malheureusement, murée dans un silence pendant un certain temps, Ami Bocoum avait pris un peu de recul. La belle « petite fille » de Mopti s’est faite rare comme ces perles rares et précieuses que ce monde compte. Elle a juste éteint la lumière le temps d’un instant pour se recueillir, In-fine, pour son frère parti trop tôt en début d’année 2018.

Là-bas à Mopti, la Venise du Mali, cette magnifique région si chère à Ami Bocoum, on est conscient du fait que la tempête finit toujours par passer. Piquée au vif par les flèches venimeuses de la vie, Ami Bocoum a survécu au poison du malheur. Persécutée par les épreuves de la vie, elle a résisté et eu raison de ce qui voulait l’enterrer. Avec la vision et la dévotion des reines et des lionnes emblématiques, elle n’a jamais perdu la place qu’elle mérite : les premières places, la tribune VIP de la vie. La reine Ami est présente, et continue de briller.

Mi-novembre de cette année, je suis de nouveau tombé sur un texte qui parlait de la réouverture de l’hôtel Azalaï de Bamako avec à la clef une cérémonie grandeur nature digne des plus grands événements. Devinez qui a piloté ce projet : la société InfluYence make changes d’Ami Bocoum. La cheffe d’orchestre est là. Elle n’était jamais partie vraiment. Faut-il le préciser à toutes fins utiles.

Ces jours ci je vois qu’elle reprend le poil de la bête ( a travers le Festival du Dibi/ Grillades), féroce en affaire, elle le sera toujours et cela dans la dignité et l’honneur!

Bonne chance Madame et Ayoka!

Lire la suite
Vous pourriez apprécier…
Cliquez pour commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Lire dans Acteurs Culturels

Publicité

Tendance

Parcourir

To Top